29e Salon Champenois du Véhicule de Collection

par François OLIGO

Il ne me restait plus qu’à parcourir les 700 km, entre MERIADEC et REIMS, afin de respecter l’engagement que j’avais pris avec Cyril, notre président, d’être présent sur le Salon pour exposer le petit CG vert.

Bien que ce ne fût pas la première fois que j’effectuais un aussi long trajet avec le cabriolet, il y a toujours cette indicible appréhension de l’incident technique imprévisible, à circuler au volant d’une voiture un peu hors norme, âgée de près de 50 ans et pilotée par… un septuagénaire.

Pourtant, une fois de plus, mes craintes se révélaient infondées et, à l’issue de la première journée de route, j’avais atteint le terme de mon étape, dans la région de MONTARGIS.
Le lendemain matin, cap sur REIMS. Encore (je devrais dire seulement) quelques 200 km de route.

Comme je l’avais prévu, après être passé à l’hôtel où je devais séjourner durant tout le week-end pour y déposer les bagages, j’étais aux portes du Salon, en milieu d’après-midi. Malgré la « gentille pagaille » qui régnait à l’entrée réservée aux exposants, il n’a pas été trop difficile d’insérer le CG dans la file d’attente.

Quelques minutes plus tard, avec l’aide de Cyril, je parvenais à pénétrer dans le hall 2, par une porte jouxtant le stand de notre club.

Tout était déjà en place. La décoration, les vitrines, le petit salon avec sa table et ses quatre chaises, pour l’accueil de nos visiteurs et l’immense banderole, hissée au plus haut, en fond d’écrin, annonçant le 50ème anniversaire de la marque.

Juste une rencontre entre l’image et son modèle venu tout exprès de Bretagne. On était prêt pour accueillir les amateurs de la marque et les autres aussi. Belle présentation des deux CG dont les couleurs vives attiraient irrésistiblement le regard des visiteurs.

Durant deux jours, une foule intense (35000 personnes selon les organisateurs) a déambulé entre les stands de marques et les marchands spécialisés en pièces et documentations de toutes sortes.
Toute l’équipe présente au stand « Amateurs Club CG » a été mobilisée pour répondre aux interrogations de nombreux badauds.

Une chose me surprend encore, malgré notre présence assidue sur un grand nombre de salons réputés en cours d’année, c’est l’interrogation toujours réitérée : « c’est une voiture anglaise ? Ça signifie quoi les deux lettres CG ? »
C’est facile pour nous de donner les réponses !

Je ne citerai aucun nom de ceux qui, parmi les visiteurs sont venus nous rencontrer pour « causer » tout simplement ou pour prendre un pot.

Cependant, je me dois de signaler le passage de ce français installé en Californie et qui est l’actuel propriétaire du CG A 1000 (n°004) ayant appartenu à Jeanine CHAPPE.
Beaucoup d’entre nous avaient entendu parler de ce CG « américain » sans pouvoir apporter d’éléments tangibles de preuve de son existence.
C’est maintenant chose faite, pour ceux qui, comme moi, ont pu dialoguer avec son propriétaire lequel envisage assez sérieusement de le rapatrier en France en vue de sa restauration. Au vue des photos qu’il nous a montrées on peut dire que le CG est à l’état d’épave.
On en reparlera très certainement.

Cyril , notre président, était aux anges à l’issue de cette manifestation. Il récolte les fruits de son activisme en faveur du club. Cinq nouvelles adhésions ont été concrétisées au cours du salon et une sixième dans la semaine qui a suivi. Chapeau !
En cette fin d’après-midi de dimanche, la fatigue se faisait sentir. Et, comme on dit, toutes les bonnes choses ayant une fin, il a fallu songer à remballer.

Ceux qui n’ont jamais été acteurs de ces expositions peuvent difficilement se rendre compte de l’énergie qu’il faut mettre en œuvre pour les réaliser.

Bravo à Cyril, Jean-Luc, Christiane, Johanna et tous ceux qui ont mis la main à la pâte (pour un boulanger c’est normal !!) pour la réussite de ce W.E. sans fausse note.

Le retour en terre bretonne s’est effectué sans problème.