Epoqu’Auto 2016 – Amateurs Club CG

Epoqu’Auto 2016

Pour Amateurs Club CG, le cinquantenaire de la naissance de la marque avait été dignement fêté lors du Rallye éponyme qui avait permis de réaliser le plus grand rassemblement de voitures de la marque, en septembre, à Saint-Amand-Montrond dans le Cher.

Mais déjà, pointait à l’horizon de quelques semaines, le salon Epoqu’Auto.
Dès lors, pourquoi ne pas prolonger la fête dans le cadre de cette manifestation fréquentée par des milliers de visiteurs ?
La décision était prise par l’équipe dirigeante d’être présent à cet événement où un stand de plus de 100 m² avait été réservé.

Le jeudi 3 novembre, à l’ouverture du parc et de ces traditionnelles difficultés d’accès, tout le monde était à son poste pour décharger les deux fourgons, la remorque de Cyril et de Jean-Luc de leur contenu.

Outre le mobilier et les différentes décorations qui agrémenteraient notre espace d’exposition, il y avait l’intendance. Et là, je ne vous dis pas, mais on aurait pu facilement nourrir un bataillon.
C’est vrai que, durant ces trois jours, on pressentait la visite d’une centaine de personnes.
Présent sur presque tous les salons de France et de Navarre, Amateurs Club CG a investi, pour l’occasion et les événement à venir, dans un matériel adapté mettant en valeur les voitures exposées. C’était une première mise en scène à LYON.

Quatre modèles emblématiques de la marque étaient présentés.
On trouvait le C1300 vert d’Henri PORTAL sur une rampe inclinée , le MC de Romaric CRIOSILE sur un plateau tournant , le Spider 548 de Guy CHIARTANO sous l’arche reconstituée à l’identique du départ du Critérium des Cévennes ainsi que le B1200 Cabriolet/HT du vice-président Jean-Luc.

Ce jeudi soir, un peu éreintés nous étions fin prêt pour l’ouverture du salon au public même s’il restait encore quelques petits détails à régler.

A l’ouverture des portes au public, ce vendredi matin, la foule envahissait les allées du salon.

En fin d’après midi, à notre grande surprise, nous avions l’honneur et la fierté d’accueillir sur le stand Jean-Claude ANDRUET.
Cette icône du sport automobile venait rencontrer Romaric CROISILE co-propriétaire du CG/MC et faire brièvement connaissance avec sa future monture qu’il devrait piloter au Tour de Corse historique en 2017.
On croise les doigts pour que ce projet se concrétise vraiment. Toujours d’une extrême gentillesse et d’une incroyable modestie, n’éludant aucune question, ce ne fut que du bonheur d’échanger avec l’Artiste !
Inutile de vous dire que les smartphones et autres appareils photos numériques ont fonctionné à plein pour enregistrer ces moments.

Jean-Claude ANDRUET reviendra à plusieurs reprises sur notre stand, mais cette fois en combinaison de pilote et s’installera même dans le baquet du MC et du « Spider » de Guy CHIARTANO histoire de voir déjà !!!! La présence de cette star du sport automobile suscitait l’étonnement et la curiosité des visiteurs qui s’arrêtaient pour prendre des photos et immortaliser l’événement.

Le samedi fut sans conteste, la journée la plus chargée et la plus conviviale.

Cyril et toute l’équipe qui l’entourait, avaient invité les « aficionados » pour un brunch au champagne. Et oui, au diable l’avarice, 50 ans ne se fêteront qu’une fois !! Le dressage des tables et la préparation des amuses bouche, sous la houlette de Christiane, a mobilisé toutes les compétences de nos épouses ou compagnes durant la matinée. Le résultat était à la hauteur des énergies déployées. Notamment une belle présentation des coupes de champagne disposées en maxi lettres « CG ».

Que tous ceux qui ont œuvré à ces préparatifs en soient remerciés. Sur l’heure de midi, il n’a pas été nécessaire de lancer des appels pour les régalades. Ce fut la foule et à l’unanimité : FORMIDABLE !

Comme à l’issue de chaque journée de salon, la fatigue se fait sentir. On apprécie de rentrer à l’hôtel tout proche et de se préparer pour le repas du soir. Demain est un autre jour.

Notre dernière journée de salon est à l’égale des précédentes.

Toujours beaucoup de monde à notre stand en quête de renseignements techniques, sur les pièces refabriquée, etc.
On constate cependant que la foule se fait moins dense et que le public est plus familial. La fin de la fête est proche et déjà, bon nombre d’exposants, dans l’après midi, commencent à faire les cartons.
C’est le grand chambardement, l’épilogue d’un long week-end plein de rencontres, de partage et d’émotion.
Il va falloir sans trop tarder se mettre au travail pour tout démonter, ranger, protéger, charger dans les véhicules. Un sacré boulot, mais les bras ne manquent pas, tout est terminé dans les temps.

C’est avec une petite pointe de nostalgie que les « survivants » de ce long week-end quittent le site du salon pour se retrouver un peu plus tard, dans un restaurant proche de l’hôtel, pour le dernier dîner.
Demain, chacun reprend la route pour revenir à la maison.

François OLIGO